Pourquoi je ne veux pas d'un James Bond noir
Pourquoi faut-il que James Bond soit noir ? Pourquoi prendre ce qui existe et le transformer au lieu de créer un personnage entier, complet, avec une véritable histoire ? Un 008, par exemple !

Je (re) mentionne Michelle Rodriguez qui propose de laisser tomber cette idée d'essayer de caser un (super) héros existant dans une autre culture et de commencer à créer « nos propres mythologies ». Comme... Black Panther.
Comme Storm.
Comme Falcon.
Comme Luke Cage.
Nous méritons des rôles pensés pour nous. Des personnages pensés, créés, pour nous.
Sinon, c'est du recyclage, c'est du rebus.
C'est du mépris, de la condescendance, aussi simple que ça.

Guide pratique


EXTRAIT 
Partie III — Comment ajouter effectivement de la diversité dans votre histoire ?


« Mais on fait bien du whitewashing. »
On ne corrige pas un tort avec un tort.
La meilleure façon de corriger un tort, c’est de faire les choses bien. Ne pas sauter de joie lorsqu’on annonce ce genre de changement ne signifie pas être racistes, le genre de réplique que je vois quand quelqu’un a le culot de dire qu’il n’est pas d’accord. D’un côté, c’est l’expression d’un ras-le-bol. De l’autre, c’est l’expression de l’amour pour l’œuvre originale qu’on défigure au nom du politiquement correct.
Si nous voulons des œuvres own voice de romanciers issus de minorités, cherchons-les, nous les trouverons. Si nous voulons des œuvres avec des personnages issus de minorités, cherchons-les, nous les trouverons.
On a le droit d’être blond en 2019.




Achetez le format numérique : Amazon • 7Switch • Kobo • Fnac • Apple Books
Achetez le format papier : Amazon


La Diversité décomplexée : Votre univers, vos règles du jeu
La Diversité décomplexée : Votre univers, vos règles du jeu
La Diversité décomplexée : Votre univers, vos règles du jeu
Contact
Jo Ann von Haff
Skype @joannkamar
Luanda, Angola